Journée en l’honneur de Jean Jolivet : Transmission, textes et traduction – 9 avril 2016

STUDIUM, l’association des jeunes philosophes médiévistes, s’associe à l’École Pratique des Hautes Études, l’Université Panthéon-Sorbonne, le Groupe de Recherche Antiquité-Moyen-Âge-Transmission-Arabe, le laboratoire SPHERE-UMR7219, l’Université Paris-Sorbonne (Centre Pierre Abélard) et l’éditeur J. Vrin, pour proposer une journée d’études en l’honneur de Jean Jolivet.

 Affiche Journée Jolivet 2

Présentation :

Né en 1925, Jean Jolivet entre au CNRS en 1955, et après plusieurs années d’enseignement à la Faculté des lettres de Paris et à Nanterre, il intègre l’École Pratique des Hautes Études en 1965, institution à laquelle sa carrière restera profondément liée. Il y devient directeur d’études en 1970, et dirigera depuis sa création l’équipe d’Histoire des sciences et de la philosophie arabe entre 1976 et 1993.

Dès ses années de formation, Jean Jolivet s’est employé à donner à sa recherche une double orientation, puisque sa thèse de doctorat portait sur « Arts du langage et théologie chez Abélard », et sa thèse complémentaire sur « L’intellect chez al-Kindi ».

Aujourd’hui retraité, Jean Jolivet continue d’être lu et discuté, et ses travaux, par leur clarté et par leur commentaire précis des oeuvres médiévales, constituent bien souvent les premiers textes d’histoire de la philosophie médiévale abordés par les étudiants. Une lecture qu’ils ne cesseront de renouveler et compléter tout au long de leur carrière.

Pour l’étude des arts du langage, pour la connaissance du XIIème siècle, de son esprit d’innovation et de ses controverses, pour sa mise en avant des penseurs arabes et de la dette du Moyen Âge latin à leur égard, la contribution doctrinale de Jean Jolivet mérite d’être saluée.

Mais c’est également sa réflexion sur la méthode propre à l’historien de la philosophie que la journée d’études « Transmission, textes et traduction » souhaite mettre en avant.

Le rapport aux textes médiévaux et à leurs langues sera donc au cœur de cette journée qui souhaite démontrer l’empreinte toujours visible des réflexions entreprises par Jean Jolivet sur ces sujets. Ces axe de recherche se trouvent complétés par la problématique de la transmission, dans toute sa polysémie :

  • le langage comme médiateur de sens

  • l’itinéraire des textes médiévaux en leur temps

  • l’interrogation sur notre appréhension de ceux-ci, bien des siècles après

  • et enfin, le rôle de passeur et d’interlocuteur d’un grand enseignant

Car celui qui n’a jamais voulu faire école ou être considéré comme un maître, a néanmoins accompagné de nombreux universitaires dans leur itinéraire philosophique depuis les années 1970. Quant à ceux, jeunes chercheurs de notre génération qui n’ont pu suivre ses enseignements, nous espérons ainsi répondre à l’appel qu’il lançait en 1969 dans La philosophie, conduite politique : « On aura deviné que j’ai surtout pensée, en écrivant, à la génération nouvelle, avec qui j’essaye de garder, par-dessus les années, un lien fraternel » (p. 8).

Intervenants :

Jeunes chercheurs de STUDIUM tout comme chercheurs confirmés et reconnus, venus d’horizons variés mais tous rassemblés par leur lien disciplinaire et/ou personnel à Jean Jolivet, souhaitent donc aujourd’hui rendre hommage à cet universitaire exemplaire, en présentant huit communications qui suivront ses traces ou chemineront à ses côtés :

Ángela Beatriz Ávalos (Université Panthéon-Sorbonne) : « Sphères et frontières chez Abélard et l’historien de la philosophie »

Jean-Baptiste Brenet (Université Panthéon Sorbonne) : « Le décentrement du sujet « Europe » : Averroès et la géopolitique »

Alain de Libera (Collège de France) : « ‘Quelque chose ou rien’ : Pierre Abélard et le nihilisme christologique »

Zénon Kaluza (Laboratoire d’Études sur les Monothéismes/CNRS) : Titre non-communiqué

Iryna Lystopad (École Pratique des Hautes Études) : « L’application du platonisme logique à la Trinité : le cas d’Achard de Saint-Victor »

Irène Rosier-Catach (École Pratique des Hautes Études/CNRS) : « L’attentio chez Abélard. L’incursion d’une notion augustinienne dans une sémantique boécienne »

Luisa Valente (Università di Roma – La Sapienza) : « Arts du langage et théologie chez Gilbert de Poitiers et Alain de Lille : Jean Jolivet lecteur des Porretani »

Anca Vasiliu (Centre Léon Robin/CNRS) : « Retour sur l’aporie du diaphane : Aristote et Themistius »

Informations pratiques :

  • Date : samedi 9 avril 2016, 9h30-18h
  • Lieu : Sorbonne, École Pratique des Hautes Études, salle D064 (Escalier E, 1er étage)
  • Organisation : Angela Avalos & Sophie Serra, pour STUDIUM
  • Contact : studium.paris@live.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.